description

Blog d'un médecin généraliste, chef de clinique universitaire:
« Guérir parfois, soulager souvent, écouter toujours. » (Louis Pasteur)

samedi 8 octobre 2016

Dragi Webdo n°110: multimorbidité, IRS et tamoxifène, mammographie (CNGE), vomissements gravidiques, quel AOD choisir? Stop aux objectif du diabète?

Bonsoir à tous! J'espère que vous allez bien. Personnellement, je commence à voir la fin des certificats médicaux inutiles et c'est pas plus mal. L'installation c'est bien, mais ça sera mieux quand je n'aurai pas un "nouveau patient" et son dossier à mettre entièrement à jour à chaque consultation! Pour commencer, je rappellerai que les études ne sont généralement pas des conditions de vie "réelle": les patients sont sélectionnés et il faut garder ça en tête. Une étude du BMJ open vient nous le rappeler en retrouvant que 79% des études excluent les patients avec des comorbidités, alors que plus de 70% des patients que nous suivons sont multimorbides.




1/ Pharmacovigilance

Pour commencer ce chapitre, l'ANSM a publié une note d'information sur le risque de migration des implants contraceptifs. Ainsi, l'ANSM souligne l'importance pour les professionnels de santé d'avoir reçu une formation pratique (et non uniquement sur vidéo) ou d'être supervisé par un médecin expérimenté ( #JamaisLaPremièreFoisSurUnPatient ). De mémoire, le Nexplanon avait un système de pose permettant de limiter le risque d'insertion en profondeur, contrairement à ce qui était fait avec l'Implanon. Je ne crois pas avoir encore perdu de Nexplanon chez une patiente en tous cas.... Si ça arrivait, l'ANSM recommande une recherche de l'implant par échographie ou TDM ou même IRM!

D'après les "ouvrages de référence" le Tamoxifène est contre indiqué avec les inhibiteurs de recapture de la sérotonine, notamment la paroxetine (inhibiteurs du CYP2D6 ce qui peut diminuer l'efficacité du tamoxifene de plus de 60%). Une étude de cohortes (15 000 patientes au total suivies pendant près de 20 ans) du BMJ n'a pas retrouvé d'augmentation de mortalité globale chez des patientes sous tamoxifène traitées par paroxétine ou fluoxetine  par rapport aux autres inhibiteurs de recapture de sérotonine. Voilà qui est rassurant.

Une étude publiée dans le JAMA Internal Medicine, a étudié le risque de pancréatite avec les traitements antidiabétiques oraux. Cette étude cas-témoin niché dans une cohorte a analysé les données de plus d'un million cinq cent mille patients et ne retrouve pas d'augmentation significative du risque de pancréatite chez les patients avec une gliptine (analogue du GLP1 ou inhibiteur de DPP-4) par rapport à ceux ayant 2 antidiabétiques oraux ou plus (non gliptine). Cependant, même si 3500000 Personnes-années suivies, quand il y a autant de patient, cela ne correspond en moyenne qu'a 2 ans de suivi.Si les pancréatites liés qu médicament sont des complications qui surviennent à plus long terme, elles peuvent ne pas avoir été repérées. (L'étude n'étant pas interventionnelle, on peut supposer que certains patients avaient une gliptine depuis plus longtemps que ça, ce qui limite un peu ce biais).


2/ Cardiovasculaire

Maintenant qu'il est de plus en plus recommandé de prescrire des anticoagulants oraux directs (AOD), il reste à choisir lequel prescrire. Dans la fibrillation auriculaire, une étude a retrouvé que les patients de plus de 65 ans sous rivaroxaban avait une augmentation significative du risque d'hémorragie cérébrale de 65% et d'hémorragies extra-craniennes (notamment digstives) de 48% par rapport à ceux sous dabigatran. La baisse non significative des AVC ischémiques sous rivaroxaban était bien inférieure au risque hémorragique. Enfin, chez les plus de 75 ans, le rivaroxaban était associé à un sur-risque significatif de mortalité. Comme quoi le "1 prise par jour" n'est pas toujours optimal.


3/ Gynécologie

Le CNGE s'est prononcé sur le dépistage du cancer du sein par mammographie. Très diplomatiquement et sans dire si le dépistage est utile ou inutile, la conseil scientifique dénonce l'information tronquée qui est faite aux femmes. En effet, bien que l'efficacité relative soit bien de 20% de réduction de mortalité spécifique, il n'est pas précisé que le bénéfice absolu est de 1 pour 1000 et que 1% auront une biopsie inutile et 5 pour 1000 seront sur-diagnostiquées et sur-traitées.

Dépistage toujours, mais pour les frottis cervicaux-utérins. Une étude Néerlandaise a retrouvé que l'incidence des lésion pré-cancéreuses était plus faible chez les patientes de plus de 40 ans, ce qui pourrait permettre un espacement des frottis (en cas de recherche d'HPV oncogènes négative).

Enfin, le JAMA a publié une revue sur les traitements des vomissements gravidiques. Ils concluent que pour des vomissements légers, le gingembre et la vitamine B6 sont efficaces et peu dangereux (probablement surtout peu dangereux), tout comme les anti histaminiques et le metoclopramide. Pour les vomissements modérés l'association vitamine B6-doxylamine ou ondansetron peuvent être utilisés et sont plus efficaces que le placebo. Cependant, les auteurs nuancent leurs résultats par le faible niveau de preuve des résultats obtenus.


4/ Dermatologie

Les américains ont publiés leur recommandations de prise en charge de l'acné. Elles diffèrent pas mal de nos récentes recommandations françaises, en préconisant, comme dans nos anciennes recos, des rétinoïdes topiques en cas d'acné rétentionnelle et du peroxyde de benzoyle en cas d'acné inflammatoire, alors qu'en France depuis 2015, l'association des deux est à utiliser en première intention. Le reste est relativement semblable: pas d'antibiotique topique en monothérapie locale, le traitement par macrolide est à tester pour une durée de 3 mois et les pilules oestro-progestatives sont efficace dans l'acné.


5/ Orthopédie

N'en déplaise aux chirurgiens, opérer n'est pas toujours indispensable ou du moins urgent. Des patients avec dégénérescence méniscale ont été suivis pendant 2 ans(c'est court quand même pour ce genre de pathologies). Ils ont été randomisés entre : activité physique et méniscectomie partielle par arthroscopie. A 3 mois, l'activité physique améliorait significativement la force musculaire (logique), mais aucune différence n'était retrouvée pour le score fonctionnel utilisé (KOOS) à 2 ans ni sur le score de qualité de vie (SF-36). Au cours du suivi, 19% des patients du groupe activité physique ont néanmoins eu un traitement chirurgical sans bénéfice retrouvé sur le score fonctionnel à long terme.


6/ Diabétologie

Un peu de diabétologie pour finir. Le Lancet Diabetes & Endocrinology a publié une étude comparant un traitement basé sur des objectifs (HbA1C < 7%, LDL < 1g/L et TA < 130/80) avec un traitement personnalisé visant à réduire le risque cardiovasculaire sous les 10% à 10 ans et le risque micro-vasculaire inférieur à 5% à vie. (N'arrivant pas à avoir l'article en entier, je n'ai pas la méthodologie détaillée ni les score utilisés). Les auteurs retrouvent que le traitement personnalisé diminuerait de 25 à 30% les complications du diabète par rapport au traitement sur objectif en étant en plus cout-efficace d'un point de vue de la société. Un argument de plus pour cesser d'avoir des objectif sur des critères intermédiaires de mauvaise qualité dans le diabète.


Je vous remercie une fois de plus de me lire si régulièrement et pour vous encouragement sur les réseaux sociaux! A la semaine prochaine, 

@Dr_Agibus

4 commentaires:

  1. Pour l'article du Lancet diabetes, j'ai pu trouver un abstract, mais pas l'article entier. A priori c'est une étude en simulation sur des patients dans des pays à niveau de vie faible ou moyen ( ils citent : Afrique du sud, chine Inde Mexique)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci des précisions. En effet, mais comme Georges Zafran le dit dans son commentaire juste dessous, le nejm avait déjà fait une étude dans ce sens. Les preuves s'amoncellent progressivement

      Supprimer
  2. Bonjour
    Concernant le traitement personnalisé, une étude de 2008 montrait la même chose : http://www.nejm.org/doi/pdf/10.1056/NEJMoa0706245 (avec le pdf)
    Donc non, l'HbA1c ne fait pas tout mais...(décidément, faut vraiment que je ponde mon post sur mon blog, je retourne bosser)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton commentaire, j'attends impatiemment un tel billet!

      Supprimer