description

Blog d'un médecin généraliste, chef de clinique universitaire:
« Guérir parfois, soulager souvent, écouter toujours. » (Louis Pasteur)

dimanche 25 septembre 2016

Dragi Webdo n°108: bêta-bloquants en post-IDM, andexanet, benzodiazépines (CNGE), diversification alimentaire, traumatisme cranien et sertraline.

Bonsoir! C'est la panse bien remplie et l'esprit tournée vers ma quatrième décennie de vie que je vais vous faire part des infos et actualités médicales que j'ai pu retenir cette semaine. Après 3 semaines de rentrée denses, il semblerait que ça se calme, et c'est pas plus mal. Bonne lecture!


1/ Pharmacovigilance

Pour commencer, l'ANSM revient sur les posologies de colchicine pour limiter le risque de surdosage. L'agence rappelle qu'il est recommandé de ne donner que 2mg les 3 premiers jours de traitement suivi de 1mg par jour, plutôt que 3mg le premier jour, 2mg les deux suivants et 1mg par la suite.

Le CNGE revient sur l'utilisation des benzodiazépines et leur balance bénéfice risque défavorable compte tenu des addictions, syndromes de sevrages, risque de chute et troubles cognitifs qui composent la longue liste de leurs effets indésirables. Comment diminuer leurs prescriptions: d'une part en ayant recours à des alternatives thérapeutiques (pas forcément médicamenteuses) et d'autre part en prenant en charge l'arrêt des traitements grâces aux mesures essentiellement non-médicamenteuses.

Une étude d'Annals of internal medicine a recherché si la vaccination anti-grippale pendant la grossesse était responsable de malformations congénitales. Chez les 15 000 patientes enceintes vaccinées et 200 000 non vaccinées, le taux de malformations était similaires et voisin de 5%. Des données rassurantes à la veille du début de la campagne de vaccination


2/ Cardio-vasculaire

Une étude française est parue dans le BMJ. Elle s'intéressait aux bêta bloquants en post-infarctus en l'absence d'insuffisance cardiaque. C'était une étude de cohorte prospective étudiant la mortalité des patients en post-infarctus à 1 mois et à 1 an selon la prescription (ou l'absence de prescription) de bêta bloquants. La prescription de bêta bloquant dans le 48 heures suivant le diagnostic était associé à une baisse de la mortalité de près de 55% à 1 mois. Mais, à 1 an, les patients toujours sous bêta-bloquants n'avait pas une mortalité plus faible que ceux ayant interrompu leur traitement. Cependant, la même comparaison a été effectuée chez les patients sous statines et ceux ayant interrompu leur statine: le risque de mortalité chez les patients prenant encore leur statine était diminué de 60%! L'étude n'analyse malheureusement pas les sous-groupes de statines pour savoir si cet effet était lié à une molécule en particulier ou à toutes...



L'Andexanet alpha, antidote du rivaroxaban et de l'apixaban, est enfin testé chez des vrais patients traités faisant une hémorragie sévère. Environ la moitié des patients avaient un saignement digestif et l'autre moitié un saignement intracrânien, et étaient traités à 75% pour de la fibrillation auriculaire et 25% pour un épisode thromboembolique. Biologiquement, le traitement était efficace. Cliniquement, à 30 jours, 15% des patients étaient décédés et  18% des patients avaient eu un évènement thromboembolique (attention, ces patients peuvent se "recouper"). Le problème de cet étude est qu'elle ne comporte qu'une centaine de patient et que tous les patients sont traités par andexanet. Il n'y a pas de groupe contrôle qui aurait été traité par du PPSB par exemple. Il est donc difficile de dire si l'andexanet est un super antidote ou non.


3/ Pédiatrie

Une revue du Jama a étudié l'âge d'introduction des aliments chez l'enfant et le risque d'allergie ou de maladie auto-immune. Ainsi, introduire des œufs entre 4 et 6 mois et des fruits à coque entre 4 et 11 mois diminue le risque d'allergie à ces aliments. De plus, introduire du poisson "tôt" pourrait réduire le risque de rhinite allergique (là, le mécanisme m'échappe). Enfin, l'âge d'introduction du gluten n'était pas associé au risque de maladie cœliaque.


4/ Traumatologie

Ce n'est pas très médecine générale, mais comme il s'agit de prévention, pourquoi pas! La sertraline à 100mg/j a été testé chez les patients traumatisé crâniens pendant 6 mois en prévention de syndrome dépressif post-traumatique dans un essai contrôlé randomisé. Le risque de dépression était diminué chez les patients traités avec un nombre de sujet nécessaire à traiter pour éviter un évènement (NNT) de 6, avec une bonne tolérance. De façon très intéressante, l'article ne comporte pas d'odd ratio ou de risque relatif: les auteurs ont choisi de ne donner leurs résultats qu'avec un NNT.


Voilà pour cette semaine. C'était court, comme je l'avais annoncé. Je finirai sur le rapport du conseil de l'ordre des médecins sur la place du "médecin dans la société de l'information et de la communication" qui revient sur la publicité, la déontologie et l'e-réputation du médecin sur internet et les réseaux sociaux. Des réflexions du CNOM qui me poussent à ne pas modifier mon pseudonyme et à ne pas sortir officiellement de mon relatif anonymat.

Bonne soirée à tous et à la semaine prochaine!
@Dr_Agibus

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire