description

Blog d'un médecin généraliste, chef de clinique universitaire:
« Guérir parfois, soulager souvent, écouter toujours. » (Louis Pasteur)

lundi 22 mai 2017

Dragi Webdo n°141: BCG(HCSP), dépistage trisomie 21 (recos HAS), BMI vs TMI, crampes

Bonsoir à tous! Je n'ai pas de remarque à faire en introduction, alors passons directement aux quelques actualités de la semaine!


1/ Vaccination

Le HCSP vient de revenir sur l'obligation vaccinale des étudiants en profession de santé contre le BCG, compte tenu de l'incidence actuelle de la tuberculose. Les auteurs passent très rapidement sur les ruptures de stock et l'emploi du vaccin importé mal connu, mais ces faits ne sont certainement pas totalement étrangers à cette modification de vaccination puisque les nouveaux étudiants ne peuvent de toutes façons pas se faire vacciner...


2/ Gynécologie

La HAS a publié des recommandations sur l'utilisation du test de dépistage de la trisomie 21 sur le sang maternel. Bien qu'il n'y ait toujours pas de remboursement (sauf en Polynésie française), les experts recommandent de proposer le test d'ADN libre circulant de trisomie 21 (ADNlcT21) en première intention aux femmes dont le risque est compris entre 1/1000 et 1/51, c'est plus pertinent et efficace que pour un seuil à 1/250 qui disparait donc. Pour celles dont le risque est supérieur à 1/50, c'est l’amniocentèse pour réaliser le caryotype foetal est recommandé en première intention mais la possibilité de faire un tests d'ADNlcT21 avant amniocentèse doit être proposée.


3/ Pédiatrie

La mesure de l'IMC (indice de masse corporelle: poids / taille²) est la plus utilisée mais semble imprécise chez l'adolescent. C'est ce que retrouve une étude du Jama Pediatrics, qui montre que le Tri-ponderal Mass Index (TMI: poids / taille3) serait plus précis, en évitant l'utilisation de percentiles peu pratiques à calculer et en évidant le surdiagnostic de surpoids. Par contre, impossible de trouver les "normes" du TMI (ou bien je suis fatigué et inefficace dans ma lecture et mes recherches...)


4/ Rhumatologie

On va finir sur des traitements ne démontrant pas d'efficacité (désolé que ça tombe sur la rhumato...) 
Un essai contrôlé randomisé du JAMA n'a pas retrouvé de bénéfice en terme de douleur avec la triamcinolone (corticoïde) en infiltration dans la gonarthrose par rapport à l'injection de sérum physiologique. En revanche, la perte cartilagineuse était supérieure dans le groupe traité par corticoïdes.

Le traitement des crampes a été évalué dans plusieurs articles. Le premier du JAMA consiste en une étude exposés-non exposés portant sur le traitement au long cours par quinine pour les crampes. Les auteurs retrouvent une augmentation de la mortalité globale chez les 45 000 patients traités par rapport aux 130 000 non traités (OR=1,24), avec un effet dose: la mortalité était plus importante chez les patients avec des fortes doses. Cela peut laisser penser que la relation est causale, même si cette étude ne permet pas de le conclure.

Le second, du JAMA internal medicine, retrouve que le magnésium n'a pas d'efficacité supérieure au placebo. Cependant, l'absence d'effets indésirables notables chez les patients traités et l'amélioration des crampes dans les 2 groupes peut laisser penser que le magnésium est un placebo à faible risque d'effets indésirables graves (mais l'étude comportait peu de patients).


Voilà pour aujourd'hui! Pas sur que j'ai le temps d'écrire un billet la semaine prochaine étant donné que je compte profiter des jours fériés, mais sait-on jamais... Bonne semaine et à bientôt

@Dr_Agibus


2 commentaires:

  1. concernant l'étude infiltrations corticoides intra-articulaires, délétère sur le cartilage après 2 ans d'utilisation trimestrielle, l'amélioration fonctionnelle immédiate n'est pas présentée dans ce papier, alors que c'est l'effet principal escompté dans cette pratique. Sinon, d'accord sur les conclusions cartilagineuses qui doivent nous rendre prudents.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! En effet, comme souvent dans les études "a long terme", les effets à court terme sont moins étudiés. Le bénéfice a court terme des injections de corticoïdes est quand même connu et les risques à long terme ne doivent pas les remettre en cause, mais faire réfléchir à la répétition des infiltrations.

      Supprimer