description

Blog d'un médecin généraliste, chef de clinique universitaire:
« Guérir parfois, soulager souvent, écouter toujours. » (Louis Pasteur)

samedi 12 septembre 2015

Dragi Webdo n°62: Scores embolie pulmonaire, Obésité et risque cardio, reco grippe chez l'enfant (US), e-cigarette et tabac, massages et lombalgie

Bonjour à tous! Autant la semaine dernière était cool et le Dragi Webdo était court... autant cette semaine, c'est bien la reprise! Je vais essayer d'aller à l'essentiel, de rester "pratique" et de pas trop noyer les infos essentielles au milieux d'études qui le sont moins bien que très intéressantes tout de même!

1/ Santé publique

Commençons pas un sujet qui m'intéresse particulièrement, la vaccination anti-HPV. J'ai déjà dit dans des articles précédents (ici surtout) que je croyais pas vraiment à l'intérêt de ce vaccin dans la diminution des cancers du col, mais peut être qu'il pouvait diminuer les complications des traitements de lésions précancéreuses, qui peuvent être des accouchements prépaturés par béance cervicales, entre autres. Le BMJ a donc publié un article sur les conséquence de la vaccination chez les femmes enceintes. Et bien, ça me répond pas.. Certes, l'étude retrouve qu'il n'y a pas de différence au niveau de pourcentage de naissance, mais elle ne parle pas des accouchements prématurés. Cependant, bien qu'il n'y ai pas globalement de fausses couches plus nombreuses suite au vaccin, elles étaient augmentées pour les fausses couches entre  13 et 20 SA. Bref, a suivre mais le vaccin bivalent semble de moins en moins attractif..

Le JAMA oncology revient sur le dépistage du cancer de la Prostate par le PSA. Les résultats sont pas neuf, mais ca fait toujours piqure de rappel: augmentation du dépistage de cancer, et pas de diminution de la mortalité spécifique ou globale.

Le point pharmacovigilance de la semaine porte sur la canagiflozine. J'ai l'impression que les inhibiteurs de SGLT-2 ne vont pas rester très longtemps sur le marché si on continue de leur trouver autant d'effets indésirables toutes les semaines sans qu'il y ait le moindre bénéfice sur les complications du diabète. Bref, cette fois ci, c'est le risque de fracture et d'ostéoporose qui est pointé par la FDA...


2/ Cardio-vasculaire

Pour cette partie là, parlons embolie pulmonaire. Les auteurs de cette étude publiée dans le BMJ ont regardé les différents scores portant sur l'EP, utilisés en médecine ambulatoire! Le tableau des résultats sera plus évocateur que des discours:


Il montre que le score de Wells simplifié combiné aux des D-dimères , permet d'exclure à 99%  (Valeur prédictive négative) la probabilité d'une EP, et a une sensibilité de 96% (probabilité d'avoir un test positif si on a une EP), avec un taux d'échec de 1,2%. Cela le place un poil avant les autres. Faut noter les faibles spécificité des tests... Bref, intéressant, mais ca n'exclue pas l'EP sans avoir recours aud D-dimères non plus, et on les a pas forcément de suite en ambulatoire. Mais pour ça je renvoie aux 8 critères PERC, qu'on a pas si souvent, mais qui peuvent quand même dépatouiller parfois...


Dans The Heart, la société européenne de cardiologie publie une étude "choc" sur l'obésité. L'obésité était associé a une diminution de la mortalité et des évènements cardiovasculaires en prévention secondaire, et la maigreur à une augmentation de ces deux critères. L'étude ne m'étant malheureusement pas accessible en entier, je ne peux confirmer que la référence était les personnes avec un IMC normal et non "l'ensemble des autres classes"

[Edit grâce à @RadioactiveJib] En regardant l'étude intégralement, le groupe de comparaison était les IMC de  18 à 25. Les résultats sont assez impressionnant, d'ailleurs! Mais, il faut aussi tenir compte qu'il s'agit d'une étude d'épidémiologie dont l'objectif était d'explorer les relations entre IMC et mortalité globale/cardiovasculaire. Il n'a donc les comparaisons multiples n'ont pas été prises en compte et faire comparer 5 groupes entre eux, ça nécessiterai un seuil de significativité beaucoup plus stricte que 0.05! Mais y'a on peut quand même y voir une tendance:  matière de prévention primaire et secondaire cardio vasculaire, il semble être plus avantageux d'être gros que maigre! (à noter que la seule catégorie systématiquement meilleure que l'IMC normal est les IMC entre 25 et 30! Pour vivre vieux, vivons en surpoids!)


3/ Pédiatrie:

Les auteurs de cet étude qui n'est pas vraiment de la médecine générale mais qui est intéressante tout de même ont voulu savoir s'il était utile de scoper la saturation dans les bronchiolites. Visiblement, la saturation en continue n'a pas sauver plus d'enfant qu'un monitoring intermittent, et peut être moins anxiogène pour les parents dans la chambre de l'enfant. L'autre idée claire donnée dans ce papier est qu'une fois que l'alimentation orale semble se rétablir, il est très rare que l'état de l'enfant se redégrade. Une info qui peut être utile en ambulatoire pour le coup!

Les pédiatres américains ont publié leurs recommandations de prévention de la grippe. De 6 mois à 8 ans, la vaccination anti-grippale est recommandée (selon l'âge: en injectable ou en spray nasal... je savais même pas que ça existait...) , avec une vaccination des parents si l'enfant a moins de 5 ans. Après 8 ans et à l'adolescence, les enfants avec facteurs de risque devraient être vaccinés: asthme, pneumopathies chroniques, maladies cardiaques, immunodépression ou immunothérapie, VIH, drépanocytose, insuffisance rénale chronique, diabète, obésité morbide et grossesse. Bien, en France , une fois de plus on en est pas là (heureusement j'ai envie de dire... quand on voit l'efficacité de ce vaccin.) On verra l'efficacité de cette recommandation outre-atlantique, pour juger de l'efficacité. (Bien sur, il est probable qu'ils comparent la grippe de cette année que tout le monde a attrapé et qui était particulièrement virulente, ce qui aurait pour résultat dans tous les cas qu'avec ou sans ce programme de vaccination intensif il y aura moins d'hospitalisation et de décès liés à la grippe cet hiver...)

 On s'interrogeait sur l'effet de l'e-cigarette chez les jeunes. Et ben, le Jama Pediatrics retrouve dans une étude de cohorte de jeunes de  16 à 26 ans, que vapoter multiplie par 8 le risque de devenir fumeur à 1 an! L'e-cig comme outil de sevrage tabagique pourquoi pas, mais un outil qui peut aussi conduire au tabagisme..


4/  Rhumatologie:

Les massages dans la lombalgie aigue, est-ce utile? Une revue Cochrane a étudier leur effet: il semblerait qu'ils aient un intérêt avec une diminution de la douleur et une amélioration fonctionnelle à court terme uniquement. A noter cependant comme effet indésirable principal des majorations de douleurs pouvant aller de  1,5% à 25% des patients.


C'est fini pour cette semaine,
Je vous souhaite une bonne fin de week end et à la semaine prochaine!

@Dr_Agibus

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire