description

Blog d'un médecin généraliste, chef de clinique universitaire:
« Guérir parfois, soulager souvent, écouter toujours. » (Louis Pasteur)

dimanche 3 mai 2015

Dragi Webdo n°48: Sémiologie, FA et IDM, diabète et tabac, stéatose et NASH, rubéole, survie des cancer, Hydroxyzine

Bonjour à tous, et encore merci de me lire aussi régulièrement! (Et bienvenue également aux nouveaux lecteurs qui passeraient par ici et que ma chronique arriverait à accrocher!)
Cette semaine a été un peu dense, et donc, je vais essayer de la résumer du mieux que je pourrais.


1/ Études médicales

Je voulais commencer par un article qui me touche particulièrement, puisqu'il a été publié par des médecins qui ont joué un rôle important dans ma formation. Et ça tombe bien, puisqu'il s'agit justement de formation médicale. L'ECN forme mieux les étudiants à travailler sur du papier qu'à examiner un patient. Malheureusement. L'article met parfaitement en avant l'absence de corrélation entre le classement et l'analyse des 11 points cliniques évalués chez des étudiants à la veille de prendre leur poste d'interne.


Si on traçait une droite cherchant une corrélation, elle serait horizontale et passerait par un score global d'environ 7/11.
Le point positif de l'article, c'est qu'il permet également de se remémorer la sémiologie, avec le détail de certains gestes qu'on oublie parfois:


Un billet consacré entièrement à cet article par PUautomne est disponible ici .


2/ Pharmaco-vigilance

L'hydroxyzine fait beaucoup parler d'elle. Contrairement à ce que j'avais dit initialement ici, cette molécule n'est plus recommandée chez le sujet âgé, mais si jamais on est "contraint" de la prescrire à cette population, la posologie de 50mg semble être la dose maximale à utiliser.


3/ Cardio vasculaire

Une étude publié dans Circulation, met en évidence un risque augmenté d'infarctus du myocarde chez les patients atteints de fibrillation auriculaire de  63%. Cependant, l'analyse en sous groupe ne montre qu'une augmentation des syndromes coronaires aigus sans élévation du segment ST. Une fois de plus, il est dommage de ne pas avoir d'étude de mortalité sur la cohorte de patients.


4/ Oncologie

Le JAMA titre :  65% de suvie à 5 ans dans les cancers en  2011. Le tableau reprend les principaux cancers et les survie à 5 ans selon le sexe et l'âge. Globalement, il vaut mieux être jeune et être une femme pour survivre...



5/ Infectiologie

Alors que je parlais de la rougeole dans l'est de la France la semaine dernière et de l'importance, selon moi de la vaccination ROR, voilà la réponse des canadiens: la rubéole est éradiquée du continent américain!


6/ Gastro-entérologie

Pour finir, une étude qui fera plaisir aux industriels: les patients avec une NASH  (stéato-hépatite non alcoolique) auraient une augmentation de  50% de leur mortalité par rapport à ceux avec une stéatose hépatique non alcoolique. Actuellement, il n'y a pas de traitement médicamenteux efficace pour ralentir ou stopper l'évolution d'une stéatose. Les règles hygiéno-diététiques sont les seules mesures à mettre en place. Cependant, les labo tentent d'utiliser de nouvelles molécules pour traiter la NASH et la stéatose: GFT505 montre une amélioration du bilan hépatique et des paramètres biologiques liés au risque cardio-vasculaires et l'acide obéticholique qui montre une amélioration histologique. Il reste à prouver leur sécurité et à voir s'ils permettent de contrebalancer l'augmentation de mortalité lié à la NASH.


7/ Diabétologie

Les inhibiteurs de la DPP-4 ont montré dans de nombreuses études une augmentation du risque d'insuffisance cardiaque. Cependant, le laboratoire MSD a réussi a publier un communiqué disant qu'il n'y avait pas d'augmentation du nombre d’insuffisance cardiaque avec la sitagliptine. En allant chercher davantage sur clinical.trials , on retrouve bien une étude qui n'a pas comme critère de jugement principal un critère composite cardio-vasculaire et pas la survenue d'insuffisance cardiaque, et l'étude est créée en supériorité et pas en non infériorité. Donc, avec cette étude, on ne peux pas exclure la présence d'un risque d'insuffisance cardiaque lié au médicament, d'autant plus que l'ensemble de la littérature va dans le sens d'une association.

Quel est l'effet du tabac sur le diabète? Une étude reprend en introduction que le tabagisme est associé à une augmentation du risque de diabète. Cependant, à l'arrêt du tabac, il y a une augmentation de l'HbA1C de 0,21% qui se poursuit jusqu'à 3 ans après le début de l'abstinence et indépendamment de la prise de poids. On peut surtout informer les patients qu'une augmentation de l'HbA1C est possible, mais, je doute que l'augmentation de 0,2% d'Hba1C pendant seulement 3 ans ait un retentissement clinique sur les complications lié au diabète dans la vie du patient contrairement au bénéfice du sevrage sur le plan cardio-vaculaire et oncologique.


C'est fini pour cette semaine! Comme d'habitude, si vous avez des critiques pour améliorer le Webdo ou des articles à me soumettre, n'hésitez pas à me contacter ici ou sur Twitter @Dr_Agibus.

A la semaine prochaine!



2 commentaires:

  1. Merci pour ta chronique toujours au top! Je bute sur la deuxième phrase de l'item gastroentérologie. C'est moi ou bien? Good night et bonne semaine :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de la remarque! j'ai reformulé pour essayé de rendre la phrase plus claire. bonne soirée!

      Supprimer