description

Blog d'un médecin généraliste, chef de clinique universitaire:
« Guérir parfois, soulager souvent, écouter toujours. » (Louis Pasteur)

lundi 13 octobre 2014

Dragi Webdo n°19 : JNMG, Reco lithiases urinaires, AIT (HAS), hypothyroïdie et grossesse, infections cutanées

Bonjour, j'espère que le week end s'est bien passé! Je vais commencer par quelques informations pratiques que je tiens des #JNMG , et qui, bien que #BigPharma ne soit pas exclue de ce congrès, peuvent se révéler utiles:

- si on prend un AINS (genre douleur ponctuelle) moins de 2 heures avant de l'aspirine faible dose, l'effet de l'aspirine est annulé!

- lorsqu'un patient est sous anticoagulant oral direct (AOD = ex-NACO) , la surveillance de la fonction rénale se fait par la formule de Cockroft.

- ça peut paraitre logique, mais encore faut il y penser: ne pas faire de dosage de marqueurs sérique de trisomie 21 en cas de grossesse gémellaire! On ne saurait pas les interpréter ... Le risque de T21 se fait uniquement sur l'échographie dans ce cas.

Commençons maintenant la revue des recommandations publiées cette semaine.
Le NEJM nous montre des recommandations concernant les infections cutanées. Il est intéressant de voir que le traitement recommandé de l'érysipèle est de 5 jours, à prolonger en cas d'absence d'amélioration.

L'association française d'urologie parle de la prise en charge des lithiase urinaires. On y retrouve la prise en charge hors contexte aiguë des lithiases. Le bilan étiologique a effectué y est clairement décrit et doit être effectué dès le 1er épisode de lithiase:
- Le lundi matin: glycémie à jeun, créatininémie, calcémie, acide urique
- Du samedi au dimanche: bilan urinaire sur 24 heures avec urée, sodium, crétininurie, acide urique, urée, calciurie.
- Bandelette urinaire au réveil: densité et pH +/- ECBU
Pour mémoire, voici les calculs qu'on peut voir à l'ASP lors du bilan avec le couple ASP+Echo:



La HAS a présenté deux recommandations de bonne pratiques. La première concerne la prise en charge après un accident ischémique transitoire ou infarctus cérébral. La prise en charge des facteurs de risque et les objectifs y sont repris, ainsi que les traitements selon que l'origine soit embolique ou non-embolique.
La seconde est à propos de l'apathie dans la maladie d'Alzheimer. La recommandation est assez claire: prise en charge non-pharmacologique et arrêt des médicaments iatrogènes. Pas d'indication des anticholinesthérasiques! (pas étonnant...)

Une métaanalyse a montré une augmentation du risque de maladie thrombo-embolique veineuse chez les patient utilisateurs d'AINS. Malheureusement, je n'ai pas eu accès au texte intégral pour en savoir plus.

A propos du risque Ebola, la liste des pays n'a pas changé au  26/09/2014. Cependant, la température des sujets potentiellement infectés à été abaissée à 38°C, mesurée avec un thermomètre sans contact. En cas de suspicion, c'est toujours le 15 qu'il faut appeler.

En endocrinologie, le BMJ proposait un algorithme de prise en charge en cas d'hypothyroidie fruste durant la grossesse.


Pour conclure, l'insuline montrerait-elle enfin des preuves d'efficacité en terme de morbi-mortalité? On ne sais toujours pas. Mais dans une étude non interventionnelle, des patients sous insuline voyaient leur risque d'évènement cardiovasculaire (critère composite) et de décès cardio-vaculaire majoré d'environ 30% pour une augmentation de 1% de l'hémoblobine glyquée. On en revient au fait que l'HbA1C serait un bon critère intermédiaire d'évaluation du diabète, mais le nombre d’hypoglycémie n'était pas négligeable non plus.

Sur ce, passez une bonne semaine!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire